Sous-financement chronique des organismes communautaires

Situation financière déficitaire chronique des groupes et organismes communautaires autonomes.

Pour débuter, voici quelques éléments qui alimenteront notre réflexion concernant le communautaire dans son ensemble et qui sont en lien avec les informations reçues soient de la TROCAO (Table régionale des organismes autonomes de l’Outaouais) et de la TROVEPO (Table ronde des organismes volontaires en éducation populaire en Outaouais).


En nous basant sur le communiqué de presse du Mepacq (Mouvement d'éducation populaire et d'action communautaire du Québec) et qui est un mouvement d'éducation populaire communautaire national et multisectoriel, celui-ci a comme premier objectif de travailler à la transformation sociale dans une perspective de justice sociale.  Il regroupe 11 tables d'éducation populaire autonome (ÉPA) qui représente

plus de 300 groupes populaires et communautaires autonomes.


ASO (Action Santé Outaouais) participe à ce mouvement par le biais de la Table Ronde des OVEP (Organismes volontaires en éducation populaire) et qui regroupe plus d'une vingtaine de groupes. 


En ce qui concerne les groupes en DCD (Défense collective des droits) en Outaouais et soutenus par le SACAIS (Secrétariat à l'action communautaire autonome du Québec) (2016-2017), ils sont au nombre de 11 groupes 

incluant la Trovepo.


Le fonds d'aide en action communautaire autonome (FAACA) du gouvernement du Québec pour l'année 2018-2019 soutien:

1.  Les groupes de défense collectives des droits (Plus ou moins 300 groupes).

2.  Les multisectoriels (3 groupes : RQ-ACA, RABQ et RQDS).

3.  Les sans-ports d'attaches (9 Groupes).

  

Selon les dernières informations, diverses propositions ont été suggérées soit par le RODCD (Regroupement des organismes en défense collective des droits) ou soit par le

MEPACQ afin d'augmenter le seuil plancher en lien avec le rayonnement local, régional ou national.

Selon la proposition adoptée par le RODCD, basée sur les groupes en 2012-2013, la dernière année où nous avons accès au rayonnement des groupes et à leur financement, le coût total estimé est de 2,150,000.00 $.

Pour le ROCDC, le nombre de groupes qui bénéficieraient selon leur rayonnement soit local, régional et national est:

1.  Local:  46,000 $ (Seuil plancher) 103 sur 154 groupes qui auraient leur augmentation.

2.  Régional:  53,000 $ (Seuil plancher) 53 sur 117 groupes avec une augmentation.

3.  National:  60,000 $ (Seuil plancher) 21 sur 51 groupes avec une augmentation.


Donc pour un total de 177 groupes sur 322.  Ce qui fait que 55 % (177 groupes) auront une augmentation (dont 19 de 325 $) et les autres ne recevront rien.

Financement déficient en Outaouais du milieu communautaire

  

En ce qui regarde notre région 07, nous avons compilé les données 2016-2017 au soutien financier, dans le cadre du SACAIS (Secrétariat à l'action communautaire et aux initiatives sociales) avec d'autres régions ciblées

et comparables à la nôtre.

1.  Estrie: 23 groupes:                                  1,090,079.00 $ (47,394.73)

2.  Saguenay: 19 groupes:                              792,544.00 $ (41,712.84)

3.  Mauricie: 17 groupes:                                 729,922.00 $ (42,936.58)

4.  Centre du Québec: 11 groupes:                  607,005.00 $ (55,182.27)

5.  Outaouais : 11 groupes:                              515,216.00 $ (46,837.82)

Financement déficient pour les groupes de Défense collective des droits (DCD) en Outaouais

Selon la Trovepo, les groupes en DCD (Défense collective des droits) et dont le financement n'est pas revenu dans la région sont:

  • Jeunesse Ouvrière      Chrétienne:     30,000.00 $ (2008-09)
  • Mouv. Trav. Chrétiens      Out.:             8,800.00 $ (2005-06)
  • Mouv. Action-Chômage      Out.:         36,000.00 $ (2004-05)
  • Action-Aide Loisir      Papineau:          14,000.00 $ (2002-03)
  • Alliance Autochtone Out.      Rég. 2    12,000.00 $ (2004-05)
  • Perte totale de      financement : 100,800.00$

Droit-Accès Outaouais en 2011-2012 a migré vers le PSOV (Programme de soutien aux organismes communautaires et de santé). Un montant de 88,305.00$ depuis 6 ans pour le financement du groupe a donc quitté la DCD.


Combiné ensemble, ces 2 montants représentent 189,105.00$ de moins pour les groupes de DCD.

Manque d'organismes de DCD en Outaouais

  

L'Outaouais n'a pas d'organismes qui défend les droits des citoyens-nes suivants:

1)  Les chômeurs.

2)  Les accidentés-es du travail.

3)  Les non-syndiqués-es, ceux et celles qui occupent des emplois précaires.


En terminant, rappelons-nous que les groupes en DCD de l'Outaouais, comme ceux ailleurs au Québec sont reconnus et soutenus financièrement par le gouvernement du Québec pour faire quatre choses:


1.  L'action (ou l'analyse) politique non-partisane.

2.  La mobilisation sociale et citoyenne.

3.  L'éducation populaire autonome.

4.  La représentation politique.


Malgré une augmentation importante de leurs tâches et l'apparition de nouveaux fronts de lutte et de défis, les groupes de défense collective des droits n'ont obtenu ni augmentation, ni même indexation de leur financement de base depuis de nombreuses années en Outaouais.


  

Cet état de la situation nuit à la pleine réalisation de notre mission.

  

1.  La plupart des groupes n'ont pas eu d'augmentation depuis plusieurs années.

2.  Les groupes n'ont même pas ce qu'il faut pour suivre l'augmentation du coût de la vie.

3.  Le programme de financement n'a pas été actualisé depuis 1973, alors que la situation des groupes a bien changé depuis.

Le désengagement de l'État génère de graves conséquences:

1.  Dumping du secteur public dans la cour des organismes communautaires autonomes.

2.  L'instrumentalisation du communautaire par l'État.

3.  Réduction et ou coupures des activités et des services offerts, pouvant aller jusqu'à la fermeture temporaire ou permanente d'organismes.

4.  Roulement important de la main d'œuvre et perte d'expertise dans le domaine social et communautaire.

5.  Épuisement des membres, des bénévoles et des équipes de travail.

Nos demandes sont :

1.  L'ajout de 25 millions de dollars par année pour financer la mission des organismes communautaires autonomes en Outaouais.

2.  Le respect de la Politique de reconnaissance de l'action communautaire.

3.  La fin de la surcharge dans les services publics et les compressions dans les services sociaux.

4.  La reconnaissance de l'action communautaire autonome comme moteur de progrès social et de santé.


Gaétan Ouellet,

Pour Équité Outaouais.